La Francophonie : passerelle virtuelle et constante entre les deux rives méditerranéennes

BOURROUBEY
Soraya
Université d’Oran, Algérie

"Pour toi NaNa, ... pour que chaque jour compte !"

Rien de plus beau que la Méditerranée pour évoquer la francophonie. En effet, ces deux rives de notre belle Méditerranée, l’une face à l’autre, restent liées grâce à la langue française. Une langue qui a su planter ses racines notamment lors de ses différentes conquêtes coloniales et qui récolte maintenant ses fruits et les partage avec les autres. Ces autres, ce sont les pays de l’autre rive avec lesquels la France a tissé des relations au fil des années et des époques, en propageant sa langue au sein des populations autochtones.

Désormais, la francophonie représente une passerelle virtuelle et constante entre les deux rives méditerranéennes. Aussi lointaines soient-elles, par la distance qui les sépare, aussi différentes soient-elles par leur culture, leurs us et habitudes, elles se rapprochent inévitablement par la langue française. Effectivement, la langue française est très présente dans le quotidien des Maghrébins. Nous citons quelques mots : Bonjour, salut, Bonsoir, ça va, bien, café, cafétéria, restaurant, boulanger, bébé, le marché, drap, etc., et beaucoup d’autres qu’on retrouve dans le dialecte maghrébin. Dans ce dialecte qu’il soit algérien, marocain, tunisien ou autre, vous y trouverez toujours des traces de la langue française.

Il est vrai que le passé est passé mais il n’est pas possible de parler de la francophonie sans évoquer le passé colonial de la France car ces deux rives sont également liées par une histoire coloniale tumultueuse. Une histoire qui a marqué les populations des deux rives…l’oublier, serait impossible, tourner la page serait mieux et profitable pour les deux. Ceci-dit, personne ne conteste que le passé colonial des pays maghrébins a laissé des traces visibles et perceptibles au sein des populations maghrébines, aussi bien paysannes que citadines.

Toutes gardent en mémoire des mots, des expressions, des fables, des récitations, des contes, dans leur forme originelle mais le plus souvent détournés afin de les inscrire dans un contexte socio-économique bien défini, selon les régions et bien sûr selon les époques. Une anecdote, parmi mes proches connaissances, une vieille dame de quatre-vingt-dix-huit ans se souvient par cœur de la Marseillaise, l’hymne national français, et quand on lui demande de nous chanter l’hymne national algérien, elle répond confuse « … on m’a appris à l’école le français ! Je chante qu’en français, parce que je le comprends !… ». Malgré son âge, elle se rappelle toutes les récitations qu’elle a apprises à l’école ! De plus, elle a comme seuls fidèles accompagnateurs, comme elle le dit si bien « mes livres et mes journaux », qu’elle garde précieusement dans un bahut près de son lit. Il s’agit là d’un clin d’œil que je tiens à faire à cette noble dame qui m’impressionne à chaque visite que je lui fais, par sa gentillesse, sa générosité et surtout par son courage.

Ceci pour montrer qu’un apprentissage n’est jamais perdu, un investissement dont on ignore le jour où on en récoltera les fruits ! Il est donc vrai que la langue française est très présente dans les dialectes maghrébins, qu’ils soient arabe usuel ou langue amazighe. De cela, résulte le brassage des populations autochtones maghrébine et française qui a permis de façonner de nouvelles mentalités et de faire apparaître de nouveaux comportements et de nouveaux modes de vie.

L’héritage du patrimoine français a marqué à jamais les esprits. Désormais, la richesse de la langue française restera indélébile et ancrée dans le subconscient des générations passées et sera, sans doute, héritée par les générations futures. Tout ceci a permis et permettra à ces deux rives de la Méditerranée de bénéficier d’une richesse culturelle et intellectuelle sans équivoque.

Nous pouvons donc représenter la Francophonie comme la seule passerelle crédible qui permettra aux deux rives de la Méditerranée de se réconcilier rapidement et d’entretenir des relations solides dans différents domaines à savoir, politique, économique, social, culturel, etc. C’est bien là, où réside la magie de la francophonie. Aucune des rives de la Méditerranée ne peut se passer de l’autre ; rebaptisées désormais, les inséparables !

Certainement, la francophonie nous lie et attache les deux rives méditerranéennes d’un nœud de fil de soie.