Souvenirs amers

FATHIN
Veau
Université Tofaïl, Kenitra
Maroc

J’avais un langage d’amour à te tenir
J’avais de tendres sentiments qui devaient te plaire
J’avais des reproches qui pouvaient te vexer
J’avais l’espoir, ce mirage qui m’a trompé.

Comme des feuilles pâles et décolorées
Comme des astres dont la lumière est sombre
Comme un feu devenu cendre,
Nos souvenirs et nos jours sont altérés.

Je me souviens de tes mensonges
J’ai été trompé par ton impure innocence
Naïf, je t’ai grisée par mes pures louanges,

J’étais heureux en ta présence
J’aurais voulu vivre un songe
Je suis très heureux de ton absence.